Pierre Dac

Pierre Dac est un humoriste et comédien français. Il a également été, pendant la Seconde Guerre mondiale, une figure de la Résistance contre l’occupation de la France par l’Allemagne nazie grâce à ses interventions sur Radio Londres.

Pierre Dac PortraitPierre Dac Portrait
Pierre Dac

(1893-1975)

Bonjour, je m'appelle Pierre Dac

Je suis né le 15 août 1893 à Châlons-sur-Marne de mon vrai nom André Isaac, mon père est boucher et ma mère est femme au foyer. Je suis plutôt bon élève et j’aime faire beaucoup de farces pour lesquelles on me dit très doué.

En 1913, à l’âge de 20 ans, je suis incorporé au 160ème Régiment d’Infanterie et je me blesse au bras gauche avec mon propre fusil lors d’un exercice le 23 juin 1914, soit 5 semaines avant la guerre, ce qui m’oblige à faire de nombreux séjours dans les hôpitaux, le dernier s’achevant le 4 novembre 1918, une semaine avant l’Armistice. Je vis ensuite de petits métiers et je deviens chansonnier dans les cabarets parisiens où je tourne en dérision les situations ridicules de la vie de tous les jours.

Le 13 mai 1938, je crée le journal satirique « L’Os à Moelle » présenté comme « l’organe officiel des loufoques ». Jusqu’au 31 mai 1940, date de l’entrée des Allemands dans Paris, je vais réaliser quatre grandes pages diffusées, chaque vendredi, à 400 000 exemplaires, un record absolu dans l’histoire de la presse d’avant-guerre !

Je deviens également un familier des ondes, mes nombreux sketchs sont diffusés sur Radio-cité et le Poste Parisien. Je rejoins ensuite, non sans difficultés, de Gaulle et la BBC en 1943. Je suis un des « Français qui parlent aux Français ». L’humour loufoque de mes polémiques vise à combattre le gouvernement de Vichy, les collaborationnistes et le régime nazi. Tous les soirs pendant neuf mois, mes éditoriaux et mes chansons retentissent.

A la libération, je rentre à Paris et je reviens au cabaret et dans les théâtres. En 1949, ma rencontre avec Francis Blanche me donne une seconde jeunesse. Nous créons « Furax », un feuilleton radiophonique drôle qui verra plus de 1000 épisodes enregistrés entre 1956 et 1960. Nous sommes également interprètes de nombreuses émissions de radio, plus de 1200 émissions sur Paris Inter puis Europe 1 vont passionner et divertir les français pendant 5 ans.

Malgré ce succès, je tente de me suicider à 4 reprises entre 1958 et 1960. Par miracle, j’échappe à la mort. Je reste un homme modeste, 15 ans plus tard, je meurs d’un cancer du poumon dans la plus grande discrétion. »

Marchez sur ses pas

Où me trouver aujourd'hui ?

Maison natale
70 rue de Marne
51000 Châlons-en-Champagne