© L'union

Léon Bourgeois

Léon Bourgeois est un homme politique français. Il est connu comme le théoricien du solidarisme. Il fut le premier président de la Société des Nations et lauréat du prix Nobel de la paix en 1920.

Il vous raconte son histoire…

Léon Bourgeois PortraitLéon Bourgeois Portrait
Léon Bourgeois

(1851-1925)

Bonjour, Je m'appelle Léon Bourgeois

Je suis né à Paris le 21 mai 1851. Je suis des études de droit avant d’entrer dans l’administration préfectorale où j’occupe successivement des postes d’avocat, de secrétaire général, de préfet, de député puis de sénateur de la Marne.

Issu de la mouvance radicale, je me signale par une audace sociale peu commune dans les débuts de la IIIe République. Dés 1890, je deviens Ministre de l’Intérieur puis Ministre de la Justice en 1893 ainsi que Ministre de l’Instruction Publique de 1890 à 1898.

Président du Conseil (chef du gouvernement) de novembre 1895 à avril 1896, je préconise sans succès la séparation des Églises et de l’État, l’impôt sur le revenu et le droit à la retraite pour tous les ouvriers.

Sans se laisser décourager par ces échecs, je deviens le théoricien du radicalisme et j’invente le «solidarisme», avec des propositions d’avant-garde : impôt progressif sur le revenu, instruction gratuite, assurances sociales… Aux conférences de la paix de La Haye (1899 et 1901), je propose une procédure d’arbitrage pour le règlement des conflits.

Au ministère du Travail en 1910, j’instaure les retraites ouvrières et paysannes (ROP). L’année suivante, un autre radical progressiste, Joseph Caillaux, instaure l’impôt progressif sur le revenu.

En 1919, vingt ans après mes propositions de La Haye, je mets en place la Société des Nations. De par cette volonté de réguler les relations entre États, j’obtiens l’année suivante un Prix Nobel de la Paix.

Élu président du Sénat, c’est la dernière charge politique d’importance que j’assume jusqu’en 1923, deux années précédant ma disparition en 1925, à l’âge de 74 ans. »

Suivez mes pas

Où me trouver aujourd'hui ?

Buste
devant les archives départementales
23 rue Carnot
51000 Châlons-en-Champagne

Cendres dispersées au cimetière de l’Ouest
Tombe famille Sellier