Collegiale Notre Dame En Vaux Unesco Chalons © Jean Côme NicolleCollegiale Notre Dame En Vaux Unesco Chalons
©Collegiale Notre Dame En Vaux Unesco Chalons|Jean-Côme Nicolle

La collégiale Notre‑Dame‑en‑Vaux

Perle UNESCO

La collégiale Notre-Dame-en-Vaux est sans aucun doute l’un des édifices les plus impressionnants à Châlons-en-Champagne. Avec ses flèches, visibles à des dizaines de kilomètres, elle s’impose comme l’un des monuments qui illustrant le riche patrimoine chalonnais. Labellisée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, ne manquez pas de vous y arrêter pour découvrir cette perle UNESCO.

S’émerveiller !

Ce qui la rend unique

Son cloître

Sur le flanc nord de la collégiale, un cloître richement décoré de statues-colonnes avait été construit au XIIe siècle par les chanoines. Il fut démoli par ces mêmes chanoines au XVIIIe siècle.

Les pierres et les colonnes servirent aux soubassements des maisons canoniales qui bordent l’ancien cloître. Des fouilles archéologiques ont été entreprises en 1973 par Léon Pressouyre qui permirent l’ouverture du très beau Musée du Cloître Notre-Dame en 1978.

Son carillon de 56 cloches.

L’un des plus grands d’Europe

Ce carillon fut réalisé par la maison Bollée, célèbre fondeur de cloches au Mans. Il fut offert en 1858 par Monseigneur Prilly à Notre-Dame puis installé dans la tour du guetteur. Le cylindre fut automatisé dès son origine, il fonctionne toujours aujourd’hui. Il s’actionne actuellement tous les quarts d’heure et des concerts sont organisés chaque année.  Le carillon peut être découvert dans le cadre de visites exclusives.

Sa clarté exceptionnelle

La nef gothique de la collégiale présente quatre niveaux qui permettent à la lumière de pénétrer de manière exceptionnelle dans l’édifice.

Son cadran solaire

Le cadran solaire de la collégiale dont il manque le gnomon*, a été gravé au XIIIe siècle et serait l’un des plus anciens de France.

Ses chapiteaux riches en décors sculptés

Ceux de la tour sud du chevet représentent des êtres fantastiques (harpies, monstres, aigles) et datent de l’époque romane. Ceux du reste de l’église datent de la seconde moitié du XIIe siècle et présentent des décors végétaux (feuilles, feuilles d’acanthes et crochets) ou des animaux.

Ses admirables vitraux

Notre-Dame présente trois époques de l’art du vitrail :

  • Une baie constituée de médaillons romans dans la chapelle nord
  • Un ensemble du XVIème dans les bas-côtés de la nef :

A – la légende de la Bataille de Clavijo où dominent les rouges et les ors, exceptionnellement signée par l’artiste Mathieu Bléville, et présentant des scènes de la vie de saint Jacques qui y apparait en Matamore avec son chapeau de pèlerin.

B – la Glorification de la Vierge où apparaissent les donateurs

C – la Nativité, offerte par les tonneliers de la ville

D – la Déposition de Croix où le bleu et les étoiles blanches surgissent du décor.

  • Une vitrerie réalisée au moment de la grande restauration de la seconde moitié du XIXème siècle :

E – La rosace occidentale, présentant au centre la Rédemption. Sa réalisation a imposé la construction d’un orgue éclaté sur les côtés afin de ne pas gêner la vue et la lumière occidentale.

Un petit peu d’histoire

Une perle de plus de 1000 ans

Aux abords du

Canal du Mau

 

Située à l’origine à l’extérieur des remparts de la cité, Notre-Dame-en-Vaux a été construite sur une zone marécageuse où se rejoignaient trois cours d’eau dont il ne reste que le Mau. Elle n’est intégrée dans l’enceinte qu’au XIIIe siècle. Une première chapelle est construite dès le IXe siècle. L’église est construite par la suite et occupée en 1114 par une communauté de chanoines, qui vivent ensemble « en collège », d’où son statut de collégiale.

Au temps de

La Révolution

 

La collégiale a ensuite beaucoup souffert durant la Révolution Française puis durant les décennies suivantes, elle sera même transformée en manège puis en écurie, puis envahie par les armées coalisées. Tout au long du 19ème siècle, l’Abbé Champenois et le célèbre architecte Lassus, ont cherché à rendre à Notre-Dame-en-Vaux son architecture médiévale. Ils ont ainsi fait reconstruire une seconde flèche sur la façade, restaurer l’orgue et les vitraux dans le style gothique, repaver le sol à partir des pierres tombales anciennes et ont commandé le maître-autel néo-gothique à l’artiste châlonnais Gustave Moriamé.

Informations pratiques

Visiter la collégiale

Ce circuit en 10 étapes vous guide à la découverte des principaux atouts de la collégiale Notre-Dame-en-Vaux. RDV sur l’application mobile IdVizit sur le circuit « Collégiale Notre-Dame-en-Vaux »

Visite en toute autonomie

La collégiale Notre-Dame-en-Vaux est accessible tous les jours de 7h30 à 19h pour une visite libre.

Visite avec audioguide

Une visite audioguidée en 10 étapes vous permettra de mieux appréhender l’histoire de la collégiale Notre-Dame-en-Vaux.